vierge : Votre horoscope de la semaine - du 4 au dimanche 10 mars 2024

amour

Couples :
Avec cette configuration astrale, vous allez voguer de surprise en surprise... et de dispute en dispute. Pourtant, loin de sortir traumatisé de cette crise, vous serez d'attaque pour refondre intégralement votre couple. Un spectaculaire retournement de situation à saisir, donc !

Célibataires :
Vos relations amoureuses devraient vous procurer les plus vives satisfactions. Entreprenants, vous n'hésiterez pas à faire les premiers pas, si une personne vous plaît. Cette attitude conquérante vous réussira.

argent

La période sera propice aux opérations immobilières d'envergure. Vous pourrez aussi améliorer l'équilibre de votre budget, grâce à un gestion habile de vos finances. À partir de jeudi, par contre, redoublez de prudence, car votre jugement sera obnubilé par les aspects embrouillés de Neptune.

santé

Deux astres assez difficiles à vivre vont influencer votre secteur santé : Saturne et la Lune. Surtout, ne dramatisez pas : vous ne risquerez aucune maladie grave. Mais mettez-vous tout de même dans la tête que votre vitalité sera un peu en berne cette fois-ci. Ménagez-vous, dormez davantage et mangez léger.

travail

Avec cet aspect de Jupiter, vous pourrez compter sur une réelle amélioration sur le plan professionnel. Votre vie quotidienne au travail sera moins stressante, et vous obtiendrez plus facilement les résultats que vous souhaitez. Ceux qui sont au chômage entreront, quant à eux, dans une période plus favorable pour retrouver un emploi.

famille

Avec Saturne en aspect dysharmonique, vos rapports avec les membres de votre famille vous demanderont de la patience. Vous établirez sans doute des relations de confiance avec vos parents, mais il est possible qu'ils aient besoin de votre aide, et ce ne sera pas le moment de la leur refuser. Si vous avez des enfants, vous devrez prendre votre rôle de parent au sérieux.

citation

"Si le médicament ne porte pas le trouble et le désordre dans le corps d'un malade, il n'opérera pas la guérison" (Mencius).